Fleisch ist mein Gemüse – Heinz Strunk

Je sais que cette chronique intéressera peu de monde, puisqu’elle est destinée à des lecteurs francophones (étant donné que je la rédige en français) et est à propos d’un roman allemand, qui n’a pas été traduit en français, nécessitant donc un bon niveau en allemand. Mais tant pis, je prends le risque, j’ai envie de répertorier toutes mes lectures ici, et celle-ci en fait partie, et comme le livre est assez récent, une traduction n’est pas inenvisageable non plus. Voici donc mon avis sur Fleisch ist mein Gemüse de Heinz Strunk.

L’histoire:

„Der Mensch ist kein Beilagenesser.“ Wie es ist, in Harburg aufzuwachsen, das weiß Heinz Strunk genau. Harburg, nicht Hamburg. Mitte der 80er ist Heinz volljährig und hat immer noch Akne, immer noch keinen Job, immer noch keinen Sex. Doch dann wird er Bläser bei Tiffanys, einer Showband, die auf den Schützenfesten zwischen Elbe und Lüneburger Heide bald zu den größten gehört. Aber auch das Musikerleben hat seine Schattenseiten: traurige Gaststars, heillose Frauengeschichten, sehr fettes Essen und Hochzeitsgesellschaften, die immer nur eins hören wollen: „An der Nordseeküste“ von Klaus und Klaus.

Mon avis:

Un livre intéressant, mais pas renversant. L’autobiographie d’un homme né dans les années soixante en Allemagne de l’Ouest, à la vie pas franchement enviable, qui apprend au fil des ans à devenir adulte, à son rythme. Le style d’écriture est très familier, on a l’impression que le narrateur se tient devant nous et nous raconte son histoire, ce qui ajoute au réalisme et m’a bien plu. De même, pour le lire en VO en tant que langue étrangère, je trouve que ça facilite les choses, comparé à un livre écrit dans un style très littéraire. Côté scénario, je n’ai pas grand-chose à en dire. Je pense que des allemands du même âge doivent se sentir plus concernés, y trouver pas mal de références – ce qui, moi, ne m’a pas vraiment parlé. L’ensemble était fluide et se laissait bien lire, mais quand je le refermais pour faire autre chose, ce n’était pas non plus à contre-coeur. En effet, c’est purement une histoire de vie, sans enjeux ou suspense, on arrive en pleine histoire, alors que le protagoniste est au début de la vingtaine, et on le laisse environ 15 ans plus tard, mais on aurait tout autant pu découvrir les années d’avant ou d’après, il n’y a (je trouve) pas de logique particulière, pas vraiment de début ou de fin, mais c’est la spécificité de ce genre. La musique a une grande importance pour l’histoire, et de très nombreuses références sont faites, mais je n’en jugerai pas, car je n’en connaissais pas plus de deux ou trois sur toutes celles citées.
Je le recommande donc plutôt à des personnes nées entre 1950 et 1980 plutôt, pour correspondre à la génération du protagoniste et mieux s’y retrouver, ou à des lecteurs en recherche de livres allemands pas trop durs à comprendre.

.

Connaissez-vous d’autres livres du même genre qui vous ont plu ? En allemand, français ou anglais ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s