Love Letters to the Dead – Ava Dellaira

Même si ça ne veut rien dire par rapport à l’histoire, il faut bien avouer que la couverture de ce roman est splendide ! C’est d’ailleurs une des raisons qui m’a attirée vers ce livre, mais ce qui m’a convaincue de lire Love Letters to the Dead d’Ava Dellaira, c’est la petite phrase d’accroche écrite par Stephen Chbosky, l’auteur du Monde de Charlie qui avait été un vrai coup de cœur.

L’histoire:

Au commencement, c’était un simple devoir. Écrire une lettre à un mort. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres où elle dresse son propre portrait de lycéenne, celui de ses nouveaux amis, de son premier amour… Mais pour faire son deuil, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est réellement passé, la nuit où May est décédée.

Mon avis:

Je comprends pourquoi ce livre a plu à Stephen Chbosky, car j’ai retrouvé un peu de Charlie en Laurel, même si j’avais largement préféré Le monde de Charlie à ce livre-ci. Par rapport au roman même, j’ai bien aimé le scénario, le concept des lettres écrites aux morts, mais quelques éléments m’ont un peu gênée, et si j’ai passé un bon moment, ce n’est pas non plus un coup de coeur.

Au niveau des personnages, j’ai eu du mal à m’attacher à eux, surtout à l’héroïne, ce qui forcément ne simplifie pas la lecture. L’attachement de Laurel envers sa sœur, que ce soit lorsqu’elle était encore en vie ou après son décès, est très étrange. Peut-être pas malsain, mais complètement obsessionnel. Elle n’a pas de vie, pas de personnalité, et ce depuis toute petite. Elle vit à travers sa sœur, par procuration, et quand celle-ci disparaît, elle est perdue. Mais je me sentais plutôt gênée par rapport à tout ça, de la voir vénérer sa sœur de cette façon. Surtout que May n’avait rien de vraiment remarquable, en tout cas pas le genre de personne que je trouve admirable, ce qui ne m’a pas aidée à mieux comprendre Laurel. Le concept des lettres écrites aux morts est sympa, et s’il lance toute l’histoire, au cours de la lecture, j’ai trouvé qu’il était presque inutile. Laurel nous raconte son histoire, et  à part un « cher Machin » et « Amitiés, Laurel » toutes les dix pages, ça n’apporte pas grand-chose. A part ça, je n’ai pas grand-chose à reprocher à l’histoire, elle était agréable à lire, perturbante, troublante et même touchante, mais les défauts étaient trop gros pour me permettre d’en faire un livre que j’ai vraiment aimé. Ce livre pourrait plaire à des adolescents, probablement plutôt à des lycéens, qui aiment les héros un peu torturés. Mais dans ce cas-là, je recommande vraiment plus Le Monde de Charlie, de Stephen Chbosky, qui correspond aux mêmes critères mais vaut bien plus le coup, selon moi.

.

Et vous, avez-vous lu ce roman ? L’avez-vous aimé ?

Publicités

2 réflexions sur “Love Letters to the Dead – Ava Dellaira

    • Je pense que tu t’es trompée de lien, non ? 🙂
      Sinon je suis d’accord, le style d’écriture est bon et fluide, c’est bel et bien le personnage de Laurel qui m’a perturbée. Mais je ne regrette pas ma lecture, et je pense que je lirai un autre livre de cette auteure, si elle en écrit un.
      Mais si tu as adoré, je te recommande « Le monde de Charlie » de Stephen Chbosky, qui est encore meilleur ! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s